Hier,mercredi 28 octobre le Président Emmanuel Macron annonçait une nouvelle période de confinement national, pour faire face à la deuxième vague de l’épidémie de coronavirus. La plupart des Français redoutaient cette annonce, pourtant la situation sanitaire ne semble pas laisser le choix au vu d’une hausse sans précédent des chiffres, et particulièrement ceux des décès. Le pays se retrouve donc assigné à domicile au moins jusqu’au 1er décembre. Quels changements par rapport au premier confinement Quelles similitudes ? On vous en dit plus.

Ça y est ! Les pronostiques n’ont cessé de varier : couvre feu étendu, confinement les week-ends ou localisés, il n’en est rien. En effet on comprend que ces mesures « ne sont pas suffisantes vu l’état de la situation » souligne le Président,  c’est un re-confinement qui attend des millions de Français.

Quels chiffres pour l’Occitanie ? 

Les constats sont posés, les chiffres sont clairs. La limitation de circulation du virus par un nouveau confinement semble être l’option qui s’impose. Seulement, la première période de confinement avait duré plus de 50 jours et a laissé des traces dans les esprits de chacun, sur l’économie de tout le pays, et entrainé des répercussions sans précédent sur les emplois et les commerces. Confiner oui mais en évitant la précarité ?

Point sur les mesures du gouvernement : 

source de l’image MIDI LIBRE.

Quelles différences avec le confinement de mars ? 

Les établissements scolaires restent ouverts : de la crèche au lycée, les élèves seront accueillis, à partir de la rentrée des vacances de la Toussaint, dès ce lundi 2 novembre. Mais ils devront respecter un nouveau protocole sanitaire strict.

Cependant les universités devront mettre en place leurs cours en distanciel.

Pour les entreprises le télétravail est à appliquer dès que possible. Plus de secteurs peuvent cependant rester ouverts tels que les usines, BTP, services publics, ainsi que les commerces essentiels : courses, tabacs, réparateurs, services de bouche, stations essence, opticiens…

Pour les Ephad, les visites à nos ainés sont autorisées sous couvert du respect des gestes barrières et des mesures sanitaires.

Quelles similitudes ? 

Rester chez soi au maximum : toutes les activités de loisirs seront impossibles avec notamment la fermeture des bars, restaurants, musées, théâtres et cinémas.

Les rassemblements publics hors du cadre familial sont interdits.

Voyages et déplacements entre les départements sont interdits (avec une marge de tolérance jusqu’au lundi 2 novembre).

Le retour des attestations : trois attestations mises en place,

  • l’attestation de déplacement dérogatoire connue de tous avec la possibilité de faire du sport, ses courses, un déplacement limité à une heure et à un kilomètre du domicile
  • l’attestation de déplacement professionnel idem qu’au printemps
  • l’attestation de déplacement scolaire : ce formulaire qui reste encore flou sera demandé pour récupérer ses enfants à l’école

Une amende de 135 euros pour toute absence de présentation de ces attestations.

Des précisions en attente : 

Les précisions seront données ce jeudi 29 octobre, par le Premier ministre Jean Castex à 18 h 30.