De rares témoignages

Lundi 16 novembre, nous avons eu la chance de rencontrer Elie BUZYN et 

Ginette KOLINKA, qui font partie des derniers survivants d’Auschwitz.

Les deux miraculés, nous ont comptés avec précision, leurs histoires émouvantes, dignes des scénarios de vos films préférés.

Un récit impitoyable

Ginette Kolinka est née en 1925, elle grandit à Aubervilliers auprès de ses parents, ses six sœurs et son frère. 

En 1942, alors âgée de 17 ans, Ginette dois fuir sont domicile pour Avignon, face à la menace antisémite.

Deux ans plus tard, elle est arrêtée par la Gestapo avec son père, son petit frère et son neveu. 

Ils seront déportés vers le camp d’Auschwitz, où Ginette perdit à jamais son père et son frère.

Elle transitera, pendant la guerre, entre plusieurs camps dont ceux de Bergen-Belsen et de Theresienstadt, avant d’être libérée en 1945 par les Alliés.

Elie BUZYN lui, est né en Pologne à Łódź le 7 janvier 1929. 

10 ans après, la ville est occupée par les Allemands, Elie vivra dans un ghetto pendant les 15 prochaines années. 

A la liquidation du quartier en 1944, tous ses habitants sont déportés vers Auschwitz. 

Alors que l’URSS gagne du terrain, les prisonniers d’Auschwitz sont transférés vers le camp de Buchenwald, durant les marches de la mort. 

Elie manque une amputation dès ses deux pieds ayant gelé, mais parvient à guérir sa gangrène sur les conseils d’un soldat.

Une démarche mémorable

Suite à ces épreuves, Elie s’installera en France en 1956 où il fera ses études et deviendra chirurgien orthopédique.

Ginette quant à elle, rejoindra Paris en 1945, où elle retrouvera certains membres de sa famille. 

Là-bas, elle tient un étal de bonneterie sur un marché Aubervilliers, la ville de son enfance.

Les deux rescapés ont pendant longtemps choisit de garder le silence sur les tragédies qu’ils ont vécues.

Si aujourd’hui, les rescapés ont brisé le silence, c’est pour transmettre un message fort de tolérance pour les générations avenirs, ne pas répéter les erreurs du passé pour construire le futur.

Suivez l’actu Radio Aviva sur Twitter